Sensations et pensées positives… une voie vers le changement.

Après avoir découvert l’environnement et votre cheval comme si c’était une première fois, je vous invite maintenant à vous focaliser sur vos sensations et votre attitude afin d’optimaliser votre potentiel.

Premièrement, portez votre attention sur les sensations nées du contact, des mouvements de votre cheval lorsque vous travaillez. Accueillez vos pensées, vos émotions tant positives que négatives sans jugement. Ne recherchez pas l’excellence à tout prix. En effet, lors d’une frustration, vous vous crispez, vous vous raidissez et cela a un impact sur votre technique. C’est pourquoi vous devez ajuster vos mouvements, vos demandes en douceur afin de rester le plus souple possible. En développant une conscience vers les sensations de votre corps en mouvement vous allez avoir une meilleure connaissance de votre binôme et de votre potentiel actuel.

Gardez en tête que vos découvertes seront dynamiques, fluctueront, évolueront, progresseront ou parfois même régresseront… Restez bienveillant envers vous-même ! Le cheminement vers le changement deviendra dès lors votre objectif et la notion « d’urgence à bien faire au plus vite » ne sera plus centrale.

Prenez le temps ! Vivez le moment présent, faites-vous plaisir. Écouter vos besoins ainsi que ceux de votre cheval. Détournez-vous de vos habitudes, ressentez et observez-vous.

Deuxièmement, adoptez une attitude positive et sans jugement. En restant dans l’ici et maintenant, vous vous accordez ainsi à la nature du cheval qui lui vit dans ces conditions. Toutes vos actions et/ou pensées positives dirigées vers votre conscience, votre cerveau auront des répercussions bénéfiques sur vous, sur lui. Vous serez ainsi moins stressé, votre mental restera en équilibre et n’influera pas votre technique.

Comment ? 

Voici trois petits exercices différents, que vous pouvez associer ou pas.

1° Je vous invite à respirer de façon lente et profonde :

  • Inspirez par le nez et expirez comme si vous souffliez dans une paille, lentement par la bouche.
  • A l’expiration, relâchez-vous. Prenez conscience de votre détente en commençant par les épaules ensuite le buste, les fesses, les cuisses, les mollets… jusqu’aux sabots de votre cheval (imaginez, sentez l’air vous traverser et descendre dans votre cheval).

2° Activez le toucher et la proprioception, soyez attentif au contact avec votre cheval, avec le mouvement de celui-ci dans les différentes allures, dans vos actions liées à la discipline… comme si vous n’étiez qu’UN, une alliance/une communication corporelle et sensorielle.

Célébrez chaque réussite, et ne vous focalisez pas sur un aspect que vous estimez non atteint. Si vous sentez le stress monter en vous, refaites l’exercice respiratoire avant de commencer un nouveau geste technique. Grâce à celui-ci, vous empêcherez votre corps de se crisper, de se laisser envahir par les émotions, et vous gardez le contrôle.

3° Focalisez-vous sur votre attitude :

Redressez le buste, les épaules sont bien placées et non tombantes, relevez le menton et le regard fixe un point à 90°. Faites attention à bien vous ancrer dans votre selle. Ressentez votre corps et celui de votre cheval « soudés ». Soyez fier tant dans votre corps que dans votre tête.

Choisissez-vous une petite phrase, pour vous en servir comme autosuggestion :

  • « Nous sommes capables ! », « Nous sommes les meilleurs ! », « Nous pouvons le faire », « Je crois en nous », etc.
  •  Vous la répétez mentalement plusieurs fois avant de vous « lancer » lors d’une compétition, d’un entraînement… ou chaque fois que des émotions négatives prennent le dessus. Envoyez le message à votre cerveau que vous êtes prêt à tout affronter par votre posture et/ou autosuggestion… vous renforcerez ainsi votre mental  et votre estime de vous et donc votre confiance en vous!